AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Le lion se bat et vaincra
Mar 17 Oct - 9:08:03 par REBEL

» 9 MARS 2017 ! TOUT VA BIEN ......
Ven 10 Mar - 19:06:05 par REBEL

» Merci Jean Claude ( DARMON)
Jeu 9 Mar - 20:59:26 par REBEL

» Merci Laetitia ....
Jeu 9 Mar - 20:54:58 par REBEL

» Un dimanche de janvier (Place de la République)
Mer 27 Jan - 18:32:05 par REBEL

» Mon coeur qui bat
Mer 27 Jan - 18:29:12 par REBEL

» DE L' AMOUR ......
Mar 27 Oct - 3:03:44 par REBEL

» set list 2015
Mar 7 Juil - 5:20:19 par REBEL

» TOMBER C'EST FACILE NIMES 2015
Lun 6 Juil - 20:08:48 par REBEL

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland


Forum

Partagez | 
 

 TOUR 2013 / BERCY 14.15 ET 16 /BORN ROCKER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
REBEL
Admin
Admin
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 10/10/2009
Age : 61
Localisation : GRENOBLE

MessageSujet: TOUR 2013 / BERCY 14.15 ET 16 /BORN ROCKER   Mer 19 Juin - 4:30:16









Il avait célébré ses 50 ans au Parc des Princes, il y a deux décennies déjà. Il a ensuite été le premier chanteur français à se produire au Stade de France, quelques semaines après les Rolling Stones. Pour célébrer son soixante-dixième anniversaire, Johnny Hallydaya retrouvé le Palais Omnisports de Paris Bercy, où il chante régulièrement depuis 1987.

Un concert du rockeur est fait de rituels immuables, avec leur dose de mauvais goût. L'homme a ainsi fait de la surenchère une marque de fabrique. À ce titre, l'entrée en scène du concert de vendredi soir tenait presque de l'anodin: c'est par l'arrière de la salle que Johnny est apparu, obligé de fendre une fouleraisonnablement compacte pour rejoindre la scène. Pas d'hélicoptère, ni de Cadillac chromée ou de Harley Davidson cette fois: juste un homme plongé au cœur de son public, qualifié de «formidable» ou «extraordinaire» par l'idole au cours de la soirée. Depuis ses vrais faux adieux de 2009, Johnny donne l'impression de jouer sa carrière à chaque nouvelle tournée. Celle-ci, amorcée il y a un an, devait faire oublier les problèmes de santé et l'échec de l'album Jamais seul.

L'étoile de Berger

Dans une mise en scène assez sobre, il livre un set assez ramassé, alternant habilement entre les différentes facettes d'une carrière longue de 53 ans. Les tubes défilent dès le début du show: Allumer le feusuccède à Que je t'aime, juste avant que l'intensité redescende - trop tôt - avec un Je te prometstrès limite sur le plan vocal. A l'aise sur les morceaux très rock, Johnny peine plus sur les ballades qui ponctuent la soirée. Sur les écrans géants, des gros plans laissent apparaître une gueule burinée qui fait de plus en plus ressembler son propriétaire à la marionnette des Guignols. Hallyday n'hésite pas à payer de sa personne, bientôt à genoux, puis allongé sur scène en train de faire l'amour avec son pied de micro. Cet homme aura survécu à tout: les humiliations, les concerts ratés, les disques embarrassants, jetant son énergie dans chaque concert comme s'il devait être le dernier.

Entre les arrangements basiques de Yarol Poupaud, les orchestrations d'Yvan Cassar, avec le grand orchestre de Paris dirigé par Anne Gravoin - épouse de Manuel Valls-, Johnny varie les plaisirs, rendant un hommage appuyé à Michel Berger avec une version cinématographique de Quelque chose de Tennessee, perle de leur collaboration. Écrite par Miossec, 20 ans fut le prétexte à une projection d'images de l'idole à travers les âges. Florent Pagny en profita pour donner la réplique à «son ami», sans grand éclat. I who have nothing, chantée en duo avec une choriste, montre que ce fan de l'Amérique ne sait toujours pas chanter en anglais avec un accent correct.

Retour aux sources

Après un changement de tenue, Hallyday est revenu sur scène armé d'une guitare pour une deuxième partie de soirée nettement plus convaincante. En particulier grâce à la sélection des chansons, empruntées à son répertoire historique, et articulée autour de reprises de If I were a carpenterde Tim Hardin ou Fortunate Sonde John Forgerty, autant de standards qui renvoient à la médiocrité d'une composition récente comme L'amour à mort. Sacrifiant au rituel de la petite scène centrale, Hallyday adresse un clin d'œil aux années 1960 en reprenant plusieurs tubes de sa jeunesse: Retiens la nuit, Laisse les filles, et Tendres années, seul à la guitare acoustique sur cette dernière. C'est là, évoquant son admiration pour Elvis, et hors de tout décorum, que le chanteur est le plus touchant. Mais il faut justifier son titre de bête de scène, et jouer les morceaux de bravoure d'une carrière hors norme: Gabrielle, Toute la musique que j'aime, Ma gueule, L'envie, et faire résonner guitares, cordes, cuivres et choristes à la manière du King période Las Vegas.





 

Dans la salle du Palais omnisport de Paris-Bercy, en guise de bougies sur le gâteau, des bracelets lumineux, aux scintillements rouges et blancs, ont été remis aux spectateurs qui entonnent à plusieurs "joyeux anniversaire". Sur scène, les invités défilent : Amel Bent, Florent Pagny, Charles Aznavour, David Hallyday, Eddy Mitchell... Tous célèbrent les 70 ans de Johnny Hallyday, né le 15 juin 1943, à Paris, qui donne, samedi 15 juin, dans la grande salle parisienne le deuxième des trois concerts dans la capitale, du Born Rocker Tour (la tournée du rocker-né) débuté le 2 juin après une tournée en 2012. Plus tard dans la nuit, la fête d'anniversaire continuera avec un concert privé organisé au Théâtre de Paris.

Le chanteur affiche forme et assurance. Il tombe à genoux, se couche, se relève durant Deux étrangers, chanson rock-soul qui rappelle qu'Hallyday avait bien observé James Brown ou Otis Redding dans les années 1960. Il se déhanche, une jambe en avant, sur les thèmes aux tempos plus marqués, fait de la grande scène un terrain de jeu à arpenter, vient au contact des musiciens.

La voix est moins convaincante, en tout cas dans la première heure du spectacle. Si les chansons comme Allumer le feu, Ma gueule ou Gabrielle avec leur côté hymne, appellent le recours à la force vocale, Hallyday aborde les ballades sur un registre similaire qui ne cadre pas. Sans nuances, dans le débordement.

A deux reprises, un ensemble de cordes avec quelques vents viendra se joindre au groupe, sans apporter grand chose en dehors de souligner l'emphase. C'est sur les chansons les plus faibles du répertoire (Diego, Sur ma vie, L'Attente, 20 ans...) que sont conviés violons et violoncelles. L'ennui commence à s'installer. Heureusement arrive un intermède où les trois choristes chantent Respect, d'Otis Redding. Le groupe, excellent, y trouve enfin de quoi s'emballer : section de cuivres, deux claviers (Frédéric Scamps et Alain Lanty), Fred Gimenez à la basse et Geoff Dugmore à la batterie, Robin Le Mesurier et Yarol Poupaud aux guitares, Greg Zlap à l'harmonica.

Et comme souvent avec Hallyday, c'est sur les thèmes en lien avec ses émois fondateurs pour la musique américaine, rock de l'âge d'or, blues et country, que le chanteur se révèle le plus convaincant. Cela passe par Joue pas du rock'n'roll, Toute la musique que j'aime, en duo avec Eddy Mitchell – dommage que Dick Rivers n'ait pas été convié – ou Fils de personne (adaptation bien dans l'esprit du Fortunate Son de Creedence Clearwater Revival). Cela passe aussi par un retour vers la décennie de ses vingt ans, avec Laisse les filles, Si j'étais un charpentier (adaptation par Long Chris, en 1966, d'If I Were A Carpenter de Tim Hardin) ou Tes tendres années. Seul à la guitare sur cette romance country, qui a été pour lui un succès en 1963, adaptation de Tender Years de Darrell Edwards, Hallyday retrouve sa part de crooner, sans effet poussé dans la voix.

Plus tard au Théâtre de Paris, en petit comité, Hallyday affirme encore cet ancrage américain. Pour assister, vers 1 heure du matin, au deuxième concert anniversaire, il fallait être l'un des six cents membres du site Venteprivée.com, gestionnaire de la salle, qui ont pu acheter un billet ou être sur la liste des invités (famille, amis, personnalités du spectacle...) du chanteur. Pas d'accès au médias, a précisé le service de presse, en dehors des partenaires pour ce concert retransmis sur les sites Internet de TF1 et RTL. C'est donc devant un écran d'ordinateur que l'on passa environ une heure (à 2 h 13 le "live est terminé" indique un message) à retrouver le goût pour Hallyday.

Evocation d'Elvis Presley (Lawdy Miss Clawdy, de Lloyd Price), classiques rock'n'roll (Blue Suede Shoes, Be Bop A Lula, Twenty Flight Rock...), interprétations tenues et serrées de La Terre promise (excellente adaptation par Michel Mallory du Promised Land de Chuck Berry ) ou Né dans le bayou (Creedence Clearwater Revival à nouveau adapté)... Brian Setzer, des Stray Cats, en apôtre du revival rock, rejoint Hallyday. Le groupe balance Voyage au pays des vivants, grande dinguerie psychédélique avant de filer vers Le Bon Vieux temps du rock'n'roll. Et fait oublier que quelques heures plus tôt on subissait Je te promets, Marie, Quelque chose de Tennessee, Diego, L'Attente et autres L'Amour à mort.

REBEL



LE WEBMASTEUR
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercijohnny.com
REBEL
Admin
Admin
avatar

Messages : 2051
Date d'inscription : 10/10/2009
Age : 61
Localisation : GRENOBLE

MessageSujet: Re: TOUR 2013 / BERCY 14.15 ET 16 /BORN ROCKER   Mer 19 Juin - 23:39:55

REBEL



LE WEBMASTEUR
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercijohnny.com
kevin
ACTIF-MEMBRE J-H
ACTIF-MEMBRE J-H
avatar

Messages : 2569
Date d'inscription : 12/10/2009
Age : 23
Localisation : lunel

MessageSujet: Re: TOUR 2013 / BERCY 14.15 ET 16 /BORN ROCKER   Jeu 20 Juin - 1:57:05

belle entre ca me rapple le parc des princes 1993

johnny toujour la et toujour en plaine forme et quel belle soirre avec nous c est fan merci

johnny pour tout la force que tu donne a chaque soir en t aime tu et unique et pour moi tu et mon dieu merci continu comme ca ne lache rien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TOUR 2013 / BERCY 14.15 ET 16 /BORN ROCKER   

Revenir en haut Aller en bas
 
TOUR 2013 / BERCY 14.15 ET 16 /BORN ROCKER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BORN ROCKER TOUR COFFRET
» Dvd / Cd / Vinyle - Born Rocker Tour
» REBELLION TOUR 2013
» Never ending tour 2013
» Johnny Hallyday - Born Rocker Tour [Teaser]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MERCI JOHNNY by REBEL :: CHAVIRER LES FOULES-
Sauter vers: